Blog de Frédo

Quand on se découvre adulte surdoué par ses enfants…

La plupart d’entres-nous, haut potentiel intellectuel, on le vit sans le savoir. Cela se traduit par souvent de l’incompréhension notamment pendant la scolarité, de grands écarts entre réussite et échecs qui fait que l’on s’en prend plein la poire : instable, insuffisant, inconstant etc… Le coup de massue vient quand à trente ou quarante balais, on découvre par ses enfants avec des problèmes qu’on est en fait un adulte surdoué…

Pourquoi on est détecté si tardivement en tant que haut potentiel ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser seule une minorité des surdoués de la classe moyenne sont détectés.

Généralement dans les cadres supérieurs, on sait, on se pose pas la question.

Mais quand on vient d’une famille humble, l’idée est de s’adapter. Celui qui est un peu trop dans tous les domaines, on va vite le remettre à sa place.

C’est pourquoi les jeunes surdoués non seulement ne sont pas détectés (même si ça s’améliore) mais sont plus souvent au contraire suivi pour des problèmes (hyperactivité, stress, harcèlement à l’école, manque d’adaptation sociale…).

Dans ce cadre d’échec et de manque d’adaptation à un système qui ne leur correspond pas difficile de se considérer comme supérieur.

Au contraire c’est même le plus souvent le complexe d’infériorité qui prédomine.

adulte surdoué

Quand les enfants reproduisent en pire le schéma de leurs parents et qu’on les détecte surdoués

C’est donc souvent les enfants des adultes surdoués qui n’ont pas été découverts comme tel qui vont le plus souvent par leurs échecs et non leur réussite être détectés haut potentiel intellectuel.

Partant de là, forcément comme dit le dicton populaire, les chats ne faisant pas des chiens, on comprend qu’on en est.

Et là après test le verdict tombe.

C’est à la fois enfin rassurant de comprendre que l’on n’est pas fou et en même temps un déchirement pour ce temps perdu, tous ces malentendus, ces incompréhensions et pour beaucoup, ses renoncements professionnels et personnels.

Car à force de s’en prendre plein la poire, on fini par :

  • devenir irascible (ça ne m’étonne pas que certains se vengent ensuite en montant dans la hiérarchie professionnelle)
  • détester tout le monde pour certains et se replier dans une vie quasi autistique axée sur ses centres d’intérêt
  • avoir un manque de confiance en soi pour réussir sa vie

Qu’est ce qu’on peut bien faire sachant qu’on ne peut pas changer le passé

C’est plutôt une bonne question.

haut potentiel intellectuel

Déjà accepter cette expérience de vie. Certains ne le découvrent jamais et d’autres seulement à 50 ou 60 ans…

Donc c’est déjà ça de pris.

Une approche intéressante que j’ai vue sur le site du gars qui fait Journée Efficace, c’est l’idée d’utiliser son intelligence exponentielle pour résoudre les problèmes de sa vie et l’améliorer.

Il propose le fait de changer complètement le cadre en considérant qu’avec nos capacités intellectuelles, on a les leviers pour :

  • Faire des changements rapides
  • Trouver des solutions atypiques à des problèmes communs ou complexes
  • Avoir la ressource pour dépasser les cadres de vie conformiste dans lesquels on nous met et où on s’est enfermé parfois.

Dans son idée il faut d’abord faire ses choix de vie, car selon lui les adultes surdoués ne font pas de distinction entre leurs aspirations professionnelles et personnelles.

Ensuite dans une vision pragmatique, avancer et mettre en place avec des méthodes issues de l’efficacité, de façon presque bête et sans trop « réfléchir » ce qui n’est pas si idiot quand on voir les freins psychologiques que les hauts potentiels se mettent dans leurs projets.

Concernant l'auteur

Romuald