Blog de Frédo

Qu’est-ce-qu’un cochon d’inde ?

Le cochon d’inde ou cobaye (il s’agit du même animal) n’est pas un rat, ni un hamster. Beaucoup de gens font l’amalgame, et pourtant tout l’en éloigne. Les différences sont anatomiques et physiologiques.

Le cochon d’inde (cavia porcellus) est un petit mammifère rongeur sociable originaire des Andes qui vit à l’état naturel en groupe de plusieurs individus. Malgré son nom, il n’est pas sale ; il fait sa toilette et assure l’entretien de sa fourrure comme n’importe quel autre animal. Il a sa propre odeur mais ne sent pas plus mauvais qu’un autre animal à condition bien sûr qu’il ait les soins qui lui conviennent et que, comme tout animal, sa litière soit renouvelée régulièrement. En fait, l’origine de son nom vient du fait qu’il “fouille” sa litière avec son nez à la recherche de nourriture comme le ferait un cochon avec son groin. A sa découverte par les Anglais, il fût ainsi nommé “guinea pig” ce qui lui valut le nom de cochon d’inde par la suite.

Contrairement au rat ou à la souris, le cochon d’inde n’a pas de queue et ne mange pas en tenant sa nourriture avec ses pattes avant, assis sur son derrière. Il est exclusivement végétarien ; il se nourrit de foin, de graines, de fruits et de légumes. Il est intelligent et communique beaucoup avec ses congénères et son maître par différents bruits et attitudes. Il est très affectueux et adore les longs moments de câlins où il se blottit dans le creux d’une manche ou au fond d’une poche. C’est un animal si docile et patient qu’il en est malheureusement devenu l’animal d’expérimentation privilégié des laboratoires de cosmétique et de pharmacologie, d’où l’expression “faire le cobaye”. A ma connaissance, il n’est pas sujet à la myxomatose ni au VHD, on ne le vaccine d’ailleurs pas contre ces maladies.  Son poids adulte varie entre 600 grammes pour les souches les plus légères à plus de 1300 grammes pour les plus beaux mâles d’exposition. Et oui ! Contrairement au lapin nain, plus le cochon d’inde est lourd et imposant, plus il est beau ! (attention, je parle du cochon d’inde et non du CUY variété de cochon d’inde pouvant atteindre les 3 kilos mais parce que c’est une race à viande élevée exclusivement pour ça en amérique du sud). Néanmoins, ce n’est pas là l’unique critère de beauté. Comme tout animal, il existe des races de cochons d’inde avec pour chacune des critères bien précis autant que pour les races de chiens ou de chevaux, elles sont référencées dans le standard Français.

Les femelles mettent bas de 1 à 6 petits au bout de 70 jours de gestation environ et sont généralement de très bonnes mères extrêmement patientes devant la “gloutonnerie” de leurs rejetons. Elles ne mangent ni n’attaquent leurs petits. Souvent même et du fait de leur instinct grégaire, lorsque plusieurs femelles mettent bas au même moment, il arrive de voir une femelle aider une autre à la mise bas, ou même accepter à la tétée un bébé qui n’est pas le sien. Les petits naissent parfaitement alertes, avec leur fourrure et les yeux bien ouverts, contrairement à beaucoup d’autres rongeurs et également aux lapins – qui ne sont pas des rongeurs! – dont les petits s’apparentent plutôt à des foetus, nus et dont les yeux ne s’ouvriront que bien plus tard. Ainsi peut-on voir des bébés cochons d’inde encore mouillés de liquide amniotique  manger déjà du foin ou aller têter de manière autonome. Du fait du temps de gestation plutôt long et l’allaitement des petits pendant un mois, la reproduction demande aux femelles beaucoup d’énergie. Pour cela, elles ne font que peu de portées par an (1, maxi 2) afin de ne pas les épuiser et les tuer.