Blog de Frédo

Frais de gestion locative : la différence entre le notaire et l’agence immobilière

5/5 - (1 vote)

La gestion locative déléguée, aussi appelée mandat de gestion locative est une solution adoptée par plusieurs investisseurs en France. Elle permet d’être plus tranquille quant à la gestion de vos biens, surtout si vos connaissances sont limitées dans le domaine juridique ou que vous n’avez pas assez de temps pour vous en occuper vous-même.

Aujourd’hui, plusieurs professionnels acceptent de jouer le rôle d’intermédiaire entre les propriétaires bailleurs et les locataires en s’occupant de la gestion locative des biens immobiliers. Des agences, des agents immobiliers et des notaires assurent cette mission moyennant des frais de gestion locative. Tout au long de cet article, vous aurez toutes les réponses à vos questions. Continuez donc votre lecture !

Agence immobilière ou notaire : lequel faut-il choisir pour la gestion locative ?

Il faut tout d’abord savoir que même si la fixation des prix se fait de manière parfaitement libre, tous ces prestataires sont légalement tenus d’afficher le prix de leurs prestations en clair sur leurs vitrines et en TTC, une grille des frais doit être présentée aux clients souhaitant déléguer la gestion de leurs biens locatifs au prestataire. Les frais de gestion locative d’un notaire peuvent être différents de ceux d’une agence immobilière, mais cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils seront plus avantageux. Sachez que la majorité des prestataires prennent environ 6 % à 12 % des revenus annuels des loyers pour la gestion d’un bien locatif.

Les frais facturés par une agence immobilière ne seront pas très différents de ceux du notaire, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est un peu difficile de choisir entre l’un d’eux. Il n’en est pas moins que ce sont ces frais de gestion locative du notaire et de l’agence immobilière qui vont déterminer votre choix, étant donné que les prestations sont généralement les mêmes. Pour vous faciliter la tâche, veillez à demander des devis de la part de différents prestataires et de les éplucher pour trouver l’offre la plus avantageuse avant de faire votre choix convenablement.

Informations sur les frais de gestion locative

Gestion locative : que faire en cas de contrat déjà établi ?

Vous pouvez éviter ce genre de formalités en prenant le temps de bien faire votre choix, car dans la majeure partie des cas, résilier un mandant de gestion locative peut engendrer quelques frais, mais ce n’est pas toujours le cas (surtout s’il n’y a pas de clause concernant ce cas dans votre contrat). Si vous avez déjà établi un contrat avec une agence immobilière et que vous avez trouvé une meilleure offre chez un notaire, il est possible de résilier votre contrat à n’importe quel moment, c’est d’ailleurs ce que prévoit le code civil de 2004. Dans le cas où le montant des frais n’est pas très important, vous pouvez facilement résilier votre contrat.

Mais pour combler les pertes, vous pouvez renégocier les frais de gestion locative avec votre notaire pour qu’il s’occupe de votre bien immobilier dans des conditions plus favorables. Il est en effet possible d’obtenir plus d’avantages à condition de bien choisir les clauses de votre contrat, de cette manière, vous éviterez les charges supplémentaires engendrées par les clauses non-nécessaires de votre contrat de gestion locative. Notez que ces clauses sont, elles aussi, négociables pour améliorer la rentabilité de votre investissement.

La location d’un bien en meublé : a-t-elle un effet sur le montant des frais ?

Même si son effet n’est pas très important sur le montant global des frais, il faut cependant savoir que la location en meublé d’un bien immobilier aura un impact sur la durée du mandat de gestion locative. En effet, les professionnels n’aiment pas prendre en charge ce genre de dossiers, car le risque est beaucoup plus élevé pour les propriétaires, qui sont souvent obligés de souscrire une assurance GLI (Garantie de Loyers Impayés). De ce fait, les frais de gestion d’une location meublée seront plus élevés (environ entre 10 % et 12 % des revenus annuels), parce que l’assurance GLI englobe la prise en charge :

  • des charges et les loyers impayés ;
  • des détériorations immobilières engendrant des pertes pécuniaires ;
  • des dégradations immobilières ;
  • de la prise en charge des frais judiciaires ou amiables ;
  • des frais contentieux.

Bien évidemment, les professionnels ne vont pas faire ce genre de prestations gratuitement, c’est la raison principale qui pousse beaucoup d’investisseurs à prendre leur temps avant de faire le choix de déléguer la gestion locative de leurs biens à un notaire ou une agence immobilière.

Découvrez également : Jusqu’à quand peut-on profiter de la loi Pinel ?